fbpx

Aux Etats-Unis, la Fed poursuit le resserrement monétaire

Cette actualité est la propriété de: Le Monde

La Réserve fédérale a de nouveau augmenté ses taux directeurs de 0,75 point. « Le marché du travail est extrêmement tendu et l’inflation est beaucoup trop élevée », a expliqué son président, qui a invité à prendre les chiffres de croissance « avec des pincettes ».

Cela a été un feu d’artifice à Wall Street : le Nasdaq, l’indice riche en technologies, a bondi, mercredi 27 juillet, de 4,06 %, tandis que le S&P 500, qui représente les grandes entreprises américaines, a progressé de 2,62 % : en cause, les propos rassurants de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed, banque centrale) sur l’économie nationale, qui laissent espérer que le pire de l’inflation est passé et que la récession pourra être évitée.

Le comité de politique monétaire a décidé d’augmenter comme prévu, et pour la deuxième fois de suite, les taux directeurs de la Fed de 0,75 point. Le loyer de l’argent à court terme se situe désormais dans une fourchette comprise entre 2,25 % et 2,5 %, alors qu’il était juste au-dessus de zéro en mars et ce, depuis le début de la pandémie de Covid-19. « Le marché du travail est extrêmement tendu et l’inflation est beaucoup trop élevée », a expliqué M. Powell.

Toutefois, le président de l’institution n’a pas exclu de ralentir le rythme du resserrement monétaire. « A un moment donné, il conviendra de ralentir. Nous pourrions procéder à une autre augmentation inhabituellement importante [en septembre], mais ce n’est pas du tout une décision que nous avons prise. Nous allons être guidés par les données. » D’ici à la prochaine réunion de septembre, la banque centrale disposera des chiffres du chômage et de l’inflation des mois d’août et de septembre. Elle sera alors en mesure de savoir si elle peut ralentir le resserrement du crédit.

Les marchés anticipent que la poussée des prix se résorbera d’elle-même, puisque les taux à dix ans ne sont que de 2,8 %, alors que l’inflation est supérieure à 9 %. Les taux longs avaient atteint 3,5 % en juin, au pire des inquiétudes, lorsque ont été publiés les chiffres de mai, juste avant la précédente réunion de la Fed.

Source: Le Monde

L’actu Araújo Ibarra

L’actu internationale