fbpx

L’Italie scelle l’augmentation de sa fourniture de gaz depuis l’Algérie

Cette actualité est la propriété de: Le Monde

L’annonce a été faite lors de la visite du premier ministre Mario Draghi à Alger. Depuis le début de l’année, Alger a livré à Rome 13,9 milliards de mètres cubes de gaz, dépassant de 113 % les volumes initialement prévus.

Le premier ministre italien, Mario Draghi, a été reçu lundi 18 juillet en Algérie par le président Abdelmadjid Tebboune, avec lequel il a coprésidé le quatrième sommet algéro-italien. MM. Tebboune et Draghi ont signé quinze mémorandums d’entente et accords concernant la fourniture de gaz algérien à Rome, mais aussi la justice, les micro-entreprises et les start-up, la coopération industrielle et le développement durable.

L’Algérie, qui entretient des relations privilégiées avec l’Italie, « est devenue ces derniers mois son premier fournisseur en gaz » après avoir été longtemps devancée par la Russie, d’où provenaient 45 % des importations gazières de la péninsule, a déclaré M. Draghi devant les médias, au côté de M. Tebboune. « L’accord signé sur la coopération énergétique témoigne de notre détermination à faire encore plus dans ce domaine », a-t-il indiqué plus tard lors d’un forum économique bilatéral.

Plusieurs pays se sont tournés vers l’Algérie pour réduire leur dépendance à la Russie depuis qu’elle a envahi l’Ukraine, fin février. Devant les médias, M. Tebboune a annoncé la signature, mardi, « d’un important accord, d’un montant de 4 milliards de dollars [3,9 milliards d’euros] », entre les groupes américain, italien et français Occidental Petroleum, Eni et Total, « qui permettra de fournir l’Italie en quantités importantes de gaz » supplémentaire. Ce contrat va permettre de « développer un gisement situé dans le périmètre de Berkine [dans le Sahara], qui doit produire plus d’un milliard de barils » d’hydrocarbures, a précisé à l’AFP une source gouvernementale.

L’Algérie va aussi augmenter ses livraisons de gaz à l’Italie en exportant quelque 4 milliards de mètres cubes supplémentaires dans les prochains jours, a précisé la même source. Depuis le début de l’année, l’Algérie a fourni à l’Italie 13,9 milliards de mètres cubes, dépassant de 113 % les volumes prévus initialement. Elle prévoit de lui livrer au total 6 milliards de mètres cubes supplémentaires d’ici à fin 2022, selon l’agence officielle algérienne APS.

8,5 milliards de dollars d’échanges en 2021

Le groupe Eni, présent en Algérie depuis 1981, gère avec le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach le gazoduc TransMed, qui relie le pays à l’Italie via la Tunisie. Il peut transporter jusqu’à 32 milliards de mètres cubes de gaz par an et, jusqu’à récemment, l’Algérie y faisait transiter 22 milliards de mètres cubes par an, ce qui laisse une marge de 10 milliards, selon l’expert Abdelmajid Attar, ancien ministre algérien de l’énergie.

L’accord pour un accroissement des volumes livrés à l’Italie avait été annoncé par M. Draghi lors d’une première visite à Alger en avril, mais aucun chiffre n’avait été communiqué. Eni avait uniquement évoqué l’utilisation des « capacités de transport disponibles du gazoduc [Transmed] pour assurer une plus grande flexibilité d’approvisionnement en énergie et fournir progressivement des volumes croissants de gaz à partir de 2022 [afin d’arriver] à 9 milliards de mètres cubes de gaz [supplémentaires] par an en 2023-2024 ». Le contrat gazier entre les deux pays a été renouvelé en mai 2019 pour une durée de huit ans, jusqu’en 2027, en plus de deux années optionnelles supplémentaires.

Entre l’Algérie et l’Italie, les échanges commerciaux ont dépassé les 4,3 milliards de dollars sur les cinq premiers mois de 2022, a indiqué le premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane, à l’ouverture du forum économique bilatéral. « L’Algérie est le premier partenaire commercial de l’Italie pour les régions d’Afrique et du Moyen-Orient », a-t-il précisé, rappelant que l’an passé, les échanges avaient atteint 8,5 milliards de dollars, « un montant appelé à augmenter cette année ». Le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a souhaité que « les domaines où nos pays collaborent [puissent] encore s’élargir et se diversifier », se réjouissant des engagements algériens à « améliorer le climat des affaires » pour les investisseurs.

Source: Le Monde

L’actu Araújo Ibarra

L’actu internationale